Un mariage se prépare assez tôt et passe par plusieurs étapes notamment la réservation du lieu, le choix du traiteur, la recherche des tenues et bien d’autres éléments liés à l’événement. Le budget alloué au mariage risque ainsi d’être relativement élevé. Si les moyens sont insuffisants pour une réception de rêve, les futurs mariés devront trouver des financements. Ils peuvent alors se tourner vers les nombreux moyens permettant de financer l’événement.

Recourir à l’épargne

Il est fort probable que les futurs mariés ont constitué une épargne au vu de l’événement à venir et l’utiliser pour financer les dépenses obligatoires depuis la préparation jusqu’au jour J. Il existe également la solution de l’épargne salariale mise en place par la société où ils travaillent. Ce système d’épargne collectif permet aux salariés de bénéficier d’une prime d’intéressement ou d’une prime de participation en fonction des performances de la société. Les futurs mariés peuvent ainsi demander le déblocage de l’épargne salariale pour financer leur mariage.

Souscrire un crédit à la consommation

Les futurs mariés qui n’ont pas assez d’épargne pour payer les dépenses liées à l’organisation de leur mariage peuvent se tourner vers le crédit à la consommation. Ce type de crédit accordé par une banque à un particulier peut servir à financer n’importe quel projet sauf l’immobilier. La somme obtenue permet donc de financer l’intégralité ou une partie du mariage. Cependant, les taux d’intérêt appliqués à ce type de prêt sont plutôt élevés et la durée de remboursement peut aller jusqu’à 5 ans en fonction du montant emprunté et des mensualités. Les futurs mariés doivent donc bien étudier le montant du prêt à souscrire.

Se tourner vers le financement participatif

De plus en plus de personnes ont recours au financement participatif ou le crowdfunding pour financer leurs projets notamment le mariage. Bien que ce mode de financement soit destiné aux porteurs de projets pour trouver les fonds nécessaires pour les concrétiser, les futurs mariés ont la possibilité de recourir au financement participatif. Au lieu d’une liste de cadeaux classiques, ils proposeront à leurs invités, par le biais des sites dédiés au financement participatif, de participer financièrement à l’organisation de leur mariage. Cette solution leur permet d’alléger certaines dépenses.

L’idée du mariage sponsorisé

Couramment utilisé aux États-Unis, ce système de financement d’un mariage se développe également en France. Le mariage sponsorisé consiste à demander à une entreprise ou une marque de financer son mariage et de réaliser ainsi des économies conséquentes. L’entreprise ou la marque peuvent financer intégralement ou une partie du mariage en contrepartie d’un engagement des mariés de mettre en avant leurs valeurs. Le mariage sponsorisé a toutefois quelques inconvénients, car les prestataires peuvent imposer l’emplacement de leurs logos ou d’afficher une publicité lors de la cérémonie. Le mariage risquerait alors de sortir de son thème initial.

Solliciter l’aide familiale

Les futurs mariés peuvent solliciter l’aide de leurs familles respectives. Le plus souvent, ils font appel aux parents pour financer une partie des dépenses de leur mariage. Pour leur contribution, les parents peuvent alors faire un don qui leur permet de bénéficier d’une exonération d’impôts si la somme donnée n’excède pas les 31 865 euros. Les futurs mariés peuvent également solliciter la contribution des invités en leur demandant de faire un don au lieu d’un cadeau classique. Lors du mariage, les invités déposeront leurs contributions dans une corbeille destinée à cet effet.

Penser au prêt mariage

Pour financer leur mariage, les futurs mariés peuvent recourir au prêt mariage qui va leur permettre de financer tout ou une partie de leur mariage. Ce type de crédit n’est pas réglementé par le Code la consommation, c’est plutôt un prêt personnel. Les taux d’intérêts du prêt mariage se situent entre 0,90 % à 4,62 % en fonction du montant de la somme empruntée et de la durée des mensualités. En recourant à ce type de prêt, ils n’ont pas l’obligation de justifier l’utilisation de la somme empruntée.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.