Contrairement aux salariés, les freelances n’ont pas les mêmes garanties en termes d’assurance santé. C’est la raison pour laquelle les indépendants doivent adopter des solutions alternatives pour se prémunir contre les risques sociaux et sanitaires. Bien que la souscription à une mutuelle complémentaire ne soit pas obligatoire, cette option est favorable pour les freelances, dans la mesure où les aléas de la vie nécessitent une meilleure protection. À ce titre, il faut prendre en compte certains critères pour bien choisir son assurance santé en tant que freelance.

La souscription à une mutuelle santé pour les freelances

Afin de compléter ou de renforcer la Sécurité Sociale de Base, l’indépendant ou le freelance peut souscrire à une mutuelle et à une assurance prévoyance. Cette mesure est non obligatoire, mais présente une multitude d’avantages pour le freelance qui est assimilé à un travailleur non salarié. Le principal avantage de la prévoyance étant la possibilité d’assurer le maintien partiel ou total des revenus en cas de soucis de santé ou autre, empêchant d’exercer l’activité. D’ailleurs, les garanties du régime obligatoire sont limitées.

En outre, la souscription à une assurance santé quand on est freelance ou indépendant permet d’obtenir un remboursement partiel ou total des frais de consultation médicale. Le remboursement des frais médicaux dépend de la base de remboursement définie par l’assurance maladie. La connaissance de cette base de remboursement est utile pour éviter les mauvaises surprises. De plus, l’indépendant peut compter sur la loi Madelin pour avoir encore plus de garanties avantageuses, notamment en termes de déduction de bénéfices ou de revenus imposables.

Les critères de choix pour une assurance santé

Dans le but de faire le meilleur choix de mutuelle freelance, il convient de prendre en compte certains paramètres comme le budget, le délai de carence, les services supplémentaires, le délai et le taux de remboursement. Ainsi, le freelance devra adapter sa couverture à ses besoins pour éviter la sur-assurance. En outre, il devra prendre en compte ses besoins en termes de santé : dentisterie, ophtalmologie, aide-ménagère ou garde d’enfants en cas d’hospitalisation, etc. Le délai de carence est le laps de temps nécessaire pour que les garanties soient actionnées et cela peut prendre plusieurs semaines.

Grâce aux comparateurs en ligne, les freelances et les indépendants peuvent trouver plus facilement l’assureur qui leur convient le mieux. À partir des critères bien définis, le futur souscripteur obtient les résultats qui le correspondent le mieux. Le budget étant le critère le plus important, le freelance devra voir de près les cotisations qu’il aura à payer. Pour alléger au mieux le reste à charge pour les soins, le souscripteur peut aussi se rapprocher des professionnels du réseau de soins en partenariat avec l’assureur pour bénéficier de tarifs négociés.

La Sécurité Sociale des Indépendants

La Sécurité Sociale des Indépendants ou SSI est le système qui remplace le Régime Social des Indépendants ou RSI. C’est une prévoyance de base qui ne couvre que peu de garanties. Cette couverture limitée est due à la cotisation sociale qui est inférieure à celle que paie une entreprise pour un salarié. Néanmoins, l’indépendant bénéficie du même taux pour les soins courants, c’est-à-dire pour l’acquisition de médicaments et pour les consultations médicales. Les limites concernent l’indemnité de chômage, l’arrêt maladie et les accidents de travail.

Pour bénéficier de la SSI le travailleur non salarié ou TNS doit avoir exercé depuis au moins un an. En outre, il doit aussi justifier d’un revenu annuel d’au moins 3 983 euros. Concernant le taux de cotisation d’un travailleur indépendant, il se situe entre 35 et 45 %. Les travailleurs indépendants concernés par la SSI sont entre autres les micro-entrepreneurs, les professions libérales, certains associés ou dirigeants de société, les artisans et commerçants.

La meilleure solution pour assurer sa santé en tant que freelance dépend donc de chaque souscripteur. Les indépendants qui tombent rarement malades pourraient estimer que la Sécurité Sociale des Indépendants leur suffit largement. Par contre, les travailleurs non-salariés qui ont la santé fragile ou qui ont une famille souhaiteraient renforcer leur couverture santé. Quoi qu’il en soit, chaque indépendant peut souscrire à la mutuelle qui lui convient le mieux. À côté de cela, il ne faut pas non plus négliger la prévoyance retraite qui permet de toucher un certain revenu à la fin de la carrière.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.